Ici vous êtes chez moi

Publié le :

Bénédicte Desforges a quelques trucs à expliquer à ceux qui confondent blogs et forums :

Quel genre de "règle" ou de "convivialité" m’obligerait donc, sous couvert d’une supposée liberté d’expression due à chacun, à publier ici n’importe quelle remarque imbécile sans y répondre comme je l’entends ? La net-étiquette, les fâcheux peuvent se la carrer où je pense. Et leurs petits cris de protestation et autres diffamations peuvent prendre profondément le même chemin. Le registre agressif dans les réponses que je leur formule leur sied parfaitement, et je ne m’en priverai pas si je leur laisse la parole. La dictature de l’expression des opinions débiles ou bêtifiantes qui veulent exister au même rang que les authentiques argumentations, je m’en tape. Ici, la dictature dominante est celle du choix de ma non-indulgence. Ou intolérance, si vous préférez. Je n’ai pas envie - ici - de tolérer ce qui m’insupporte. Même si la tendance veut que les cons bruyants aient le même temps de parole que les discrets cérébraux, dans un espace phagocyté par des abrutis vaniteux. Internet est une illusion de débat. Il ne s’y passe pas grand-chose de conséquent hormis une hallucinante dépense d’énergie et de temps, à la manière d’un grand jeu de société. Pendant ce temps, le monde tourne…

J'ai toujours professé qu'un blog n'est pas un forum, c'est une propriété privée. Votre blog, c'est chez vous. Ce n'est pas parce que vous laissez la porte ouverte volontairement pour que des inconnus puisse venir regarder, que ça leur donne le droit de vomir sur la moquette. Mon conseil aux blogueurs a toujours été du simple bon sens, quand on ne nettoie pas les tâches sur une moquette rapidement, elles restent et souvent même elles s'étendent.

Après, si vous voulez cultiver le troll, libre à vous. Mais ça demande un vivarium et du talent ;-).