Bonne année 2004

Tout est dans le titre, économie oblige avant de sombrer dans un doux coma d'après festin.